retour article original

jeudi 27 novembre 2014
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Etats-Unis (2ème partie) : Du 8 mars 2004 au 20 mai (...)
Reuters, 30 mars 2004

L’OTAN accueille sept nouveaux membres

Suivi d’un commentaire


WASHINGTON (Reuters) - Le président américain George Bush a souhaité lundi la bienvenue, au sein de l’OTAN, à sept pays d’Europe orientale, qualifiant ces nouveaux membres de "partenaires égaux et à part entière", et appelant l’Alliance atlantique à s’unir sur le dossier irakien et dans la guerre contre le terrorisme.


L’adhésion à l’OTAN de l’Estonie, de la Lettonie, de la Lituanie, de la Bulgarie, de la Roumanie, de la Slovaquie et de la Slovénie fait passer à 26 le nombre de membres de l’organisation.

Mais cet élargissement, qui pourrait ralentir la capacité de déploiement des forces de l’Alliance, a fortement irrité la Russie en rapprochant cette dernière de ses frontières.

"Aujourd’hui notre alliance est confrontée à un nouvel ennemi qui a provoqué la mort de gens innocents de New York à Madrid. Les terroristes détestent tout ce que représente cette alliance. Ils méprisent notre liberté, ils redoutent notre unité, ils cherchent à nous diviser. Ils échoueront. Nous ne serons pas divisés", a déclaré George Bush.

Le président américain, auquel ses détracteurs reprochent d’avoir négligé la recherche d’un consensus avec ses alliés sur la scène internationale, a estimé que les nouveaux venus au sein de l’OTAN étaient déjà des "alliés de fait" en raison du soutien qu’ils apportent aux Etats-Unis en Irak et en Afghanistan.

"Ils comprennent notre combat en Afghanistan et en Irak parce que, dans leurs esprits, la tyrannie est un souvenir très vivace", a déclaré Bush aux Premiers ministres de ces pays, réunis pour une cérémonie à la Maison blanche.

"Aujourd’hui, ils sont à nos côtés en tant que partenaires égaux et à part entière au sein de cette grande alliance."

Signe tangible de l’avancée vers l’Est que représente pour l’Alliance atlantique l’adhésion de ces pays autrefois dans le giron de l’Union soviétique, des chasseurs de l’OTAN ont pris la direction des Etats baltes, où il est prévu qu’ils mènent des patrouilles régulières, a indiqué le secrétaire général de l’organisation, Jaap de Hoop Scheffer.

40% de pays ex-communistes

L’Estonie, la Lettonie et la Lituanie sont d’anciennes républiques soviétiques devenues indépendantes avec l’effondrement de l’URSS, en 1991.

La Russie a vertement réagi au projet de patrouilles, et un député russe a indiqué que Moscou pourrait y répondre par des "mesures correspondantes".

Malgré les craintes suscitées par l’élargissement en termes de rapidité de déploiement -toute action militaire devant être approuvée par l’ensemble des membres de l’organisation- Bush a fait savoir qu’il soutenait également la volonté d’adhésion future de l’Albanie, de la Croatie et de la Macédoine. "La porte de l’OTAN restera ouverte", a-t-il assuré.

Les nouveaux membres se sont montrés ravis de rejoindre une organisation leur fournissant un véritable parapluie militaire.

"Aujourd’hui, c’est vraiment un jour fantastique pour la Slovaquie (...). Je considère cela comme un grand succès", a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Eduard Kukan, à Reuters.

L’OTAN sera composée dorénavant à 40% de pays anciennement communistes, et Washington a salué leur présence au sein de l’organisation constituant, selon lui, une manière de contrepoids à la "vieille Europe" dont le noyau dur, composé de la France et de l’Allemagne, s’est opposé à la guerre en Irak.

Un député russe a qualifié pour sa part de "spectacle" la cérémonie organisée à Washington.

Konstantin Kosatchev, représentant d’une commission parlementaire chargée des relations internationales, a estimé que les patrouilles aériennes envisagées par l’OTAN au-dessus des pays baltes constituaient un geste "inamical".

L’Estonie et la Lettonie ont une frontière commune avec la Russie, et la Lituanie est frontalière de l’enclave russe de Kaliningrad.

"On ne peut exclure que la Russie envisage de prendre des mesures correspondantes", a déclaré le député.

Un porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Alexander Iakovenko, a déclaré pour sa part : "Ce qui pourrait, au premier chef améliorer l’état de la sécurité en Europe serait un changement fondamental de la nature même de l’OTAN, (...) et notamment une lutte commune contre des menaces nouvelles, et réelles."

Adam ENTOUS

Commentaire

La décision d’effectuer des patrouilles aériennes au-dessus des Etats baltes est effectivement un geste non moins stupide qu’inamical à l’encontre de la Russie. On ne s’y prendrait pas autrement si on cherchait à provoquer délibérément des tensions entre l’Union européenne et la Russie.

Rien ne justifie une telle décision, car la Russie n’exerce aucune menace contre les Etats baltes, ni d’ailleurs contre aucun autre pays. Si on excepte la guerre en Tchétchénie, de nos jours la Russie entretient des relations pacifiques avec toutes les nations du monde.

De nos jours, ce sont les Etats-Unis qui représentent la principale menace contre la paix mondiale et contre la démocratie.

Frank BRUNNER

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source