retour article original

lundi 27 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Côte d’Ivoire
Reuters, 24 mars 2007

Côte d’Ivoire : Accord pour nommer Guillaume Soro Kigbafori Premier ministre


Des soldats français et gouvernementaux à Yamassoukro, le 27 février 2007

OUAGADOUGOU (Reuters) - Les représentants du président, Laurent Gbagbo, et ceux des ex-rebelles des Forces nouvelles sont parvenus à un accord lundi à Ouagadougou pour désigner le secrétaire général des FN, Guillaume Soro, comme nouveau Premier ministre de la Côte d’Ivoire, a-t-on appris de source proche des médiateurs burkinabés.


Après une semaine de discussions à Ouagadougou, les deux parties ont signé un accord additionnel dans lequel elles demandent à Laurent Gbagbo de nommer par décret Guillaume Soro au poste de Premier ministre. Elles ont également demandé au Burkina Faso de saisir le Conseil de sécurité de l’ONU, via la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et l’Union africaine, pour entériner cette décision. Charles Konan Banny, Premier ministre nommé dans le cadre d’un précédent plan de paix de l’ONU, a refusé de s’exprimer, lundi 26 mars 2007 au soir, à Yamoussoukro, sur les rumeurs faisant état de son prochain remplacement. Il a cependant déclaré qu’il avait toujours conçu sa mission comme provisoire.

Charles Konan Banny

La nomination de Guillaume Soro, attendue sous peu, doit permettre la formation, d’ici au 8 avril, du gouvernement prévu par l’accord politique du 4 mars 2007 entre Laurent Gbagbo et les ex-rebelles. Cet accord, conclu au Burkina Faso, prévoit notamment le démantèlement de la "zone de confiance" protégée par des "forces impartiales" de l’ONU et de la France. Il est aussi censé permettre la réunification du premier exportateur mondial de cacao, divisé depuis l’insurrection de septembre 2002, ainsi que la tenue d’élections dans un délai de dix mois.

Guillaume Soro Kigbafori

La tentative de coup d’Etat contre Laurent Gbagbo en septembre 2002 a été suivie d’une brève guerre civile depuis laquelle la Côte d’Ivoire est coupée en deux entre un Nord tenu par les ex-rebelles et un Sud contrôlé par le gouvernement. Plusieurs tentatives de règlement du conflit, sous l’égide de la communauté internationale, ont successivement échoué. Pour les observateurs, l’accord du 4 mars 2007 a toutefois plus de chances d’être appliqué car il a été personnellement conclu par Laurent Gbagbo et Guillaume Soro, après médiation d’un pays voisin auquel les deux camps semblent faire confiance. Il a déjà conduit à la création d’un commandement militaire conjoint chargé de la démobilisation des combattants des deux camps, ce qui a contribué aux espoirs d’une réunification du pays.

Reuters

Laurent Gbagbo en compagnie de Blaise Compaoré et de Guillaume Soro Kigbafori

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source