retour article original

mardi 22 août 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Suisse L’affaire de la caisse de retraite des enseignants valaisans
© Le Matin Online, 1er avril 2004

Suisse. Caisse de retraite des enseignants valaisans : Deux personnes sous les verrous, trois inculpées, des questions toujours sans réponse

par Chiara MEICHTRY


Vue de Sion

Mais comment ont-ils pu agir impunément ?

Boursicotages et petites magouilles entre copains. Deux personnes sous les verrous, trois inculpées, des questions toujours sans réponse, le scandale de la caisse de retraite des enseignants éclabousse le canton.

Vue de Sion


La lecture du rapport de l’Inspection cantonale des finances (ICF) sur la gestion calamiteuse (112 millions de francs de manque à gagner en six ans !) de la Caisse de retraite des enseignants valaisans (CRPE) ne laisse pas d’interpeller.

De 1996 à 2002, trois personnes, aujourd’hui inculpées entre autres de gestion déloyale et d’abus de confiance, ont pu s’adonner, avec le patrimoine de la caisse, à des pratiques boursières plus que douteuses. Et ce en toute impunité !

Vue de Sion

Christian Melly, chef de l’ICF, épingle surtout l’organe de surveillance externe (la fiduciaire EPSA, à Sion, membre de la Chambre suisse des fiduciaires), qui aurait totalement failli à sa tâche en ne rapportant rien du tout des agissements aberrants des dirigeants de la caisse, pas même une manipulation comptable qualifiée de « grossière ».

Mais la question se pose aussi quant au rôle des deux organes de contrôle étatique (le Service juridique de Jean-René Fournier, chef du Département de la sécurité et des institutions, et le Département de l’éducation de Claude Roch). Pourquoi n’ont-ils, eux non plus, jamais rien décelé, ni rien subodoré ? L’enquête pénale toujours en cours décèlera peut-être quelques éléments de réponse.

Claude Roch

En attendant, les autorités ont tenu à rassurer les enseignants : leur caisse n’est pas en danger, son taux de couverture actuel est quand même de l’ordre de 40%...

Par ailleurs, selon des informations publiées le 31 mars 2004 par Le Nouvelliste, deux des trois inculpés, Ignace Rey, président de la Commission de gestion de la CRPE, et Philippe Herzog, anciennement employé de la BCVs et conseiller externe pour la gestion de la CRPE, ont déjà été placés en détention préventive. Quant au troisième larron, Georges Bonvin, ancien directeur de la CRPE, il est hospitalisé.

Chiara MEICHTRY

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Chiara MEICHTRY

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source