retour article original

lundi 26 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Soudan (1ère partie) : Du 9 février 2004 au 31 août 2004
Le Monde.fr, 1er avril 2004

L’ONU dénonce une catastrophe humanitaire au Darfour


Paysage dans la région de Nyala

Le conflit au Darfour, où des rebelles combattent les forces gouvernementales depuis février 2003, "est aujourd’hui la plus grande catastrophe mondiale au plan humanitaire et pour les droits de l’Homme", avait déjà déclaré, le 19 mars 2004, le coordinateur des activités humanitaires des Nations Unies au Soudan, Mukaesh Kapila.

Un envoyé de l’ONU de retour d’une mission dans le Darfour, dans l’ouest du Soudan, a décrit, jeudi 1er avril 2004, à Genève, des scènes de nettoyage ethnique accompagnées de "nombreuses atrocités" dans cette région ou plusieurs centaines de milliers de personnes ont été chassées de leurs foyers.

Mukesh Kapila


M. Daniel Augstburger, responsable des secours d’urgence de l’ONU, a déclaré à la presse avoir été le témoin "d’un déplacement systématique des populations non-arabes par le gouvernement afin de les cantonner dans divers camps pour personnes déplacées". Cette situation qui dresse "musulman contre musulman" est accompagnée de "nombreuses atrocités" et remet en question la fourniture d’une aide d’urgence par l’ONU. "La situation des droits de l’homme (...) est d’une telle gravité qu’elle remet même en question l’ensemble des opérations humanitaires", a-t-il estimé.

Soudan. La province du Darfour se trouve à l’Ouest, du côté du Tchad. Le chef-lieu du Darfour est El Fasher

"Ciblage spécifique de population"

Pendant sa mission, du 12 février au 26 mars 2004, M. Augstburger a déclaré avoir été le temoin "de viols collectifs, de pillages systématiques, de la destruction de villages et de l’application d’une politique qui force ces populations a fuir (...). Nous avons pu aller dans des zones où nous avons été témoins de l’incendie systématique de villages alors même que nous étions sur place", a-t-il ajouté. "Il y a un ciblage spécifique de populations", a souligné M. Augstburger.

Rebelle soudanais

Le conflit au Darfour, où des rebelles combattent les forces gouvernementales depuis février 2003, "est aujourd’hui la plus grande catastrophe mondiale au plan humanitaire et pour les droits de l’Homme", avait déjà déclaré, le 19 mars 2004, le coordinateur des activités humanitaires des Nations unies au Soudan, Mukaesh Kapila. Le conflit se situe "à une échelle comparable à des situations historiques, y compris le Rwanda", a-t-il ajouté.

Scène de la guerre civile au Soudan

De même, le directeur adjoint de l’Agence américaine pour le développement international (USAID) Roger Winter, avait déclaré, le 11 mars 2004, que le Darfour connaissait sans doute la "crise humanitaire la plus grave d’Afrique et peut-être du monde".

Roger Winter

Les Nations Unies ont été autorisées à venir en aide à quelques groupes de réfugiés dans les trois principales agglomérations du Darfour et leurs environs mais elles n’ont pas été autorisées à s’éloigner des grands axes routiers et des zones urbaines.

Corvée d’eau à un puits du Kordofan

Des négociations ont commencé, mercredi 31 mars 2004, au Tchad, entre le gouvernement soudanais et les mouvements de guérilla du Darfour, pour tenter de mettre fin aux combats qui auraient fait environ 3000 morts et 670000 déplacés au Soudan, ainsi que 135000 réfugiés au Tchad.

Avec AFP

Tchad

Hassan Al Tourabi accusé d’"atteinte à la sécurité", les bureaux de son parti fermés par Mohamed Ali.

Scène de rue à Khartoum

Les autorités soudanaises ont fermé, jeudi 1er avril 2004, les bureaux du plus important groupe islamiste, le Congrès populaire (CP) à Khartoum, et accusé son chef Hassan al-Tourabi, en détention depuis mercredi 31 mars 2004, d’avoir "porté atteinte à la sécurité du pays". M. Tourabi sera traduit en justice pour "avoir incité à la sédition tribale et régionale et pour avoir porté atteinte à la sécurité" du pays. L’opposant islamiste, passible de 10 ans de prison, a déclaré mardi que le gouvernement accusait son parti de soutenir la rébellion dans le Darfour.

Agence France Presse

Hassan Al Tourabi

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source