retour article original

jeudi 20 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (3ème partie) : Du 1er avril 2004 au 15 avril 2004
AFP, 3 avril 2004

Irak : Lakhdar Brahimi attendu pour une mission "cruciale" à Bagdad


BAGDAD (AFP) - L’émissaire de l’ONU, Lakhdar Brahimi, est attendu, lundi 5 avril 2004, à Bagdad, pour aider les Irakiens à franchir le cap du transfert du pouvoir et de la mise en place d’un gouvernement intérimaire.


L’émissaire de l’ONU, Lakhdar Brahimi, est attendu, lundi 5 avril 2004, à Bagdad, où il aura des entretiens avec le Conseil du gouvernement transitoire irakien pour aider au transfert de souveraineté et à la tenue d’élections, a indiqué, samedi 3 avril 2004, M. Nassir Chaderchi, un membre de l’exécutif irakien.

"La question du transfert du pouvoir aux Irakiens sera au centre des discussions, y compris le processus électoral", a-t-il dit, ajoutant qu’un comité créé par le Conseil pour examiner la loi électorale et les modalités du scrutin avait tenu, samedi 3 avril 2004, sa première réunion.

La mission de M. Brahimi a été qualifiée de "cruciale" par un membre de l’exécutif transitoire irakien, le chiite Mouaffak al-Roubaï, qui a donné le ton à la visite du conseiller du secrétaire général de l’ONU Kofi Annan.

"Sa visite sera très importante et cruciale pour l’accord sur la formation d’un gouvernement intérimaire" appelé à prendre en mains le pays après le transfert du pouvoir par la coalition prévu le 30 juin 2004, a déclaré, samedi 3 avril 2004, le responsable irakien.

M. Brahimi a effectué une première mission en Irak, en février 2004, afin d’examiner, à la demande du plus prestigieux chef chiite, le grand ayatollah Ali Sistani, le processus de transition politique et l’opportunité d’élections.

Mécontent des résultats de cette mission, qui a conclu à l’impossibilité d’organiser des élections rapides, l’ayatollah Sistani a fait savoir qu’il n’était pas prêt à rencontrer à nouveau M. Brahimi.

Le religieux refusera de parler avec M. Brahimi tant que l’"ONU n’aura pas indiqué clairement que l’Assemblée nationale transitoire (qui doit être élue en janvier 2005) ne doit pas être élue sur la base de la loi fondamentale", a réaffirmé, vendredi 2 avril 2004, l’un de ses représentants.

Cheikh Abdel Mehdi al-Karbalaï, a estimé que le texte de cette Constitution provisoire ne devrait pas non plus être avalisé "dans une nouvelle résolution du Conseil de sécurité de l’ONU sur l’Irak".

Moins de trois mois avant le transfert du pouvoir, l’administrateur civil américain Paul Bremer a remis samedi les clés du ministère de l’Education aux Irakiens, le second des 25 ministères à être indépendant de la coalition.

Un haut responsable de la coalition a affirmé, samedi 3 avril 2004, que, d’ici le 30 juin 2004, chaque semaine deux ministères seront transférés aux Irakiens. Dimanche 28 mars 2004, le ministère de la Santé a été le premier à retrouver l’indépendance.

Sur le terrain, des soldats américains ont arrêté, samedi 3 avril 2004, dans la région de Tikrit, un garde du corps et neuf proches du numéro deux de l’ex-régime de Saddam Hussein, Ezzat Ibrahim, toujours en fuite, a indiqué un membre de la famille du garde du corps.

Par ailleurs, le chef de la police d’une localité proche de Bagdad, Mohammadiya, et un civil ont été tués dans deux incidents armés séparés, qualifiés par des responsables d’"actes terroristes".

Les forces américaines ont indiqué posséder des cassettes vidéo sur le meurtre, mercredi 31 mars 2004, des quatre gardes de sécurité américains à Falloujah, à l’ouest de Bagdad, et tenter d’identifier les responsables.

"Nous allons entrer à Falloujah et y établir une présence. Nous allons séparer l’ennemi de la population. Nous allons le détruire", a affirmé un porte-parole militaire. Il a toutefois ajouté que "si (les auteurs de l’attentat) se rendent d’eux-mêmes ce serait bien car nous ne serons pas obligés d’intervenir par la force".

Les scènes transmises par les chaînes de télévision montrant une foule mutilant les corps de deux Américains ont eu un profond impact aux Etats-unis.

Enfin, les troupes espagnoles ont nié avoir participé à l’arrestation, samedi 3 avril 2004, à l’aube, d’un responsable du bureau du chef chiite radical Moqtada Sadr à Najaf, annoncée dans la matinée par un responsable du mouvement, selon un porte-parole militaire espagnol.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source