retour article original

samedi 25 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Djibouti
Le Monde, 12 juillet 2007

Djibouti : Le juge Borrel aurait été chargé d’enquêter sur Ismaël Omar Guelleh


Bernard Borrel

Selon le témoignage d’un ex-membre du renseignement militaire français recueilli, le 27 juin 2007, par la justice française, le juge Bernard Borrel, tué, en 1995, à Djibouti, aurait été chargé par le ministre djiboutien de la justice d’enquêter sur "des trafics" auxquels Ismaël Omar Guelleh, l’actuel président djiboutien, aurait été mêlé.

Djibouti


Selon ce témoin, cette enquête avait pour but "d’avoir des arguments pour écarter Ismaël Omar Guelleh de la course au pouvoir", a rapporté le militaire, lors d’une confrontation entre plusieurs militaires français en poste à Djibouti à l’époque, dans le bureau de la juge Sophie Clément, chargée de l’enquête sur la mort du juge Borrel. En effet, Ismaël Omar Guelleh était l’un des candidats au pouvoir pour succéder à son oncle, le chef de l’Etat Hassan Gouled Aptidon, dont il était le chef de cabinet. "Il y avait des menaces graves du fait de luttes de pouvoir pour la présidence. C’étaient des batailles de clans", a encore expliqué le militaire. Par ailleurs, il a précisé que ses sources représentaient "des informations venant d’environ quatre-vingts personnes" et que "cette diversité permet de recouper les informations". Le corps en partie carbonisé du juge Bernard Borrel a été retrouvé, le 19 octobre 1995, en contrebas d’un ravin, à 80 kilomètres de Djibouti. Le magistrat français travaillait, au titre de la coopération, auprès du ministre de la Justice de Djibouti, à la réforme du code pénal.

Ismaël Omar Guelleh

Les domiciles de l’ancien responsable de la cellule africaine de l’Elysée perquisitionnés

Les juges chargés d’enquêter sur d’éventuelles pressions sur la justice dans l’affaire Borrel ont perquisitionné, lundi 9 juillet et mardi 10 juillet 2007, les domiciles parisien et provençal de Michel de Bonnecorse, ancien responsable de la cellule africaine de l’Elysée.

Avec AFP

Michel de Bonnecorse

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source