retour article original

mardi 21 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales
AFP, 1er août 2007

Informations internationales : Gordon Brown appelle à une nouvelle alliance pour vaincre la pauvreté

Suivi d’un commentaire

par Phillip HAZLEWOOD


La Terre

NEW YORK (AFP) - Le Premier ministre britannique, Gordon Brown, a appelé, mardi 31 juillet 2007, devant l’ONU, à la constitution d’une nouvelle alliance humanitaire, pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) visant à vaincre la pauvreté.

Des mineurs boliviens


Les Objectifs du Millénaire pour le développement, adoptés par les dirigeants mondiaux, lors d’un sommet, à New York, en 2000, visent à réduire de moitié la grande pauvreté dans le monde d’ici à 2015. Ils comprennent également l’accès à l’éducation primaire pour tous, la promotion de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, la réduction de la mortalité infantile et l’amélioration de la santé maternelle, le recul de grandes pandémies comme le sida, la protection de l’environnement et la mise en place d’un partenariat mondial pour le développement.

Artisanat à Tongling, en Chine

Des changements sont nécessaires pour atteindre les Objectifs auxquels la communauté internationale s’était engagée lors d’un sommet de l’ONU, à New York, en 2000. Le premier des huit Objectifs est de réduire de moitié, d’ici à 2015, la proportion de ceux qui vivent avec moins d’un dollar par jour et de ceux qui souffrent de la faim. M. Brown a estimé que les progrès dans la lutte contre la pauvreté étaient trop lents et affirmé que certains pays n’avaient pas rempli leurs obligations à cet égard. Pour redresser la barre, il a demandé aux gouvernements, aux grandes entreprises, aux chercheurs et aux professionnels de la santé de joindre leurs efforts au sein d’une "coalition pour la justice" sur le modèle des Peace Corps, une organisation de volontaires créée dans les années 1960 par le président américain, John Kennedy, pour aider les pays pauvres. "Nous devons évoquer l’esprit (des Peace Corps) pour créer une coalition pour la justice", a-t-il dit devant des diplomates, des hommes d’affaires ou encore des représentants d’Organisations non-gouvernementales réunis dans un amphithéâtre de l’ONU. M. Brown a indiqué que les dirigeants de douze pays dont ceux de la Grande-Bretagne, la France, le Japon, l’Allemagne, l’Espagne, l’Inde et le Brésil, ont signé un appel commun pour une "action urgente" afin d’aider à résoudre ce que M. Brown a qualifié d’"urgence de développement". Une vingtaine de grandes entreprises ont pris un engagement similaire pour lutter contre la pauvreté et des maladies comme le sida ou le paludisme, a-t-il dit.

Gordon Brown

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a salué "l’importante initiative" de M. Brown. Selon un rapport de l’ONU, publié début juillet 2007, l’Afrique subsaharienne n’est en voie d’atteindre aucun des Objectifs. "A mi-chemin de la date limite de 2015, de nets progrès ont été effectués (...) mais le succès total est toujours loin d’être assuré", affirmait l’ONU dans ce rapport. Les plus importantes Nations industrielles ont promis de doubler l’aide à l’Afrique d’ici 2010, lors de la réunion de Gleneagles, en 2005, mais l’aide officielle totale a baissé de 5,1 % en termes réels, entre 2005 et 2006, a regretté l’ONU. Seuls cinq pays donateurs ont atteint ou dépassé l’objectif des Nations unies de consacrer 0,7% de leur PNB à l’aide. "La Banque mondiale se réjouit du rôle joué par le Premier ministre Brown et de son intérêt pour les Objectifs du Millénaire pour le développement", a déclaré de son côté le président de l’institution financière internationale, Robert Zoellick, dans un communiqué. "Nous ferons tout ce que nous pourrons pour soutenir le programme que le Premier ministre Brown a dessiné, notamment dans le cadre de la reconstitution des Fonds de l’Association internationale pour le développement (AID), qui joue un rôle déterminant auprès des pays les plus pauvres", a ajouté M. Zoellick.

Phillip HAZLEWOOD

Un terrassier au Bénin

Commentaire

Les pays riches ne sont pas du tout crédibles quand ils prétendent vouloir lutter contre la pauvreté.

Tout d’abord, les gouvernements de ces pays mènent une politique néolibérale visant à supprimer ou vider de leur contenu les droits des travailleurs, afin de pouvoir les exploiter toujours davantage. Cette politique a pour conséquence de paupériser toujours davantage les salariés et leur famille. Parallèlement, les chômeurs, les invalides et les requérants d’asile, sont délibérément réduits à la misère.

Une Française expulsée de son domicile

L’aide aux pays pauvres n’est bien souvent qu’une supercherie. D’une part, on comptabilise les dépenses liées aux requérants d’asile comme s’il s’agissait d’aide aux pays pauvres, ce qui permet de gonfler artificieusement le montant de cette aide. D’autre part, l’argent prétendument destiné aux pays pauvres sert à acheter aux multinationales basées dans les pays riches du matériel qui, ensuite, est offert aux pays pauvres. L’argent qui a servi à acheter ce matériel aboutit dans le tiroir-caisse des multinationales, pas dans la poche des pauvres.

Une grand-mère et ses petits-enfants, à Chennai, en Inde

On relèvera que le point commun de tous les programmes de "lutte contre la pauvreté" réside dans le fait que pas un centime des milliards dépensés n’aboutit dans la poche des pauvres. Les pauvres semblent n’être qu’un alibi pour des dépenses sur lesquelles tout le monde peut se sucrer, sauf eux.

Frank BRUNNER

Des enfants pauvres en Californie, aux Etats-Unis

AUTEURS 

  • Phillip HAZLEWOOD

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source