retour article original

jeudi 27 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Argentine
Le Monde, 14 août 2007

Corruption : Frictions entre Buenos Aires et Caracas à propos d’une valise de dollars

par Christine LEGRAND


Vue de Buenos Aires

A soixante-dix-sept jours de l’élection présidentielle du 28 octobre 2007 en Argentine, un nouveau scandale éclabousse le gouvernement du président péroniste, Nestor Kirchner. Il implique des hauts fonctionnaires argentins, mais aussi un homme d’affaires vénézuélien, Guido Antonini Wilson, proche du président, Hugo Chavez. L’affaire entraîne des frictions inédites entre l’Argentine et le Venezuela, qui entretiennent des relations commerciales étroites.

Argentina


Millionnaire résidant à Miami, M. Antonini a introduit illégalement en Argentine, le 4 août, à la veille d’une visite de M. Chavez, une valise contenant 800000 dollars qui a été interceptée à la douane de l’aéroport de Buenos Aires. M. Antonini avait voyagé depuis Caracas à bord d’un avion affrété par des fonctionnaires argentins, en compagnie de quatre responsables de la compagnie publique Petroleos de Venezuela (PDVSA). Le 9 août, le président Kirchner a limogé le président de l’Organisme de contrôle des concessions des autoroutes (Occovi), Claudio Uberti, soupçonné d’avoir laissé monter dans l’avion l’entrepreneur vénézuélien. M. Uberti était le principal négociateur des contrats pétroliers avec le Venezuela et le bras droit du ministre du plan, Julio de Vido, homme de confiance de M. Kirchner. "Nous n’avons rien à voir" avec ce scandale, a déclaré, vendredi 10 août 2007, M. Kirchner, qui a demandé des explications à M. Chavez. En contrepartie du limogeage de M. Uberti, il souhaite la démission du vice-président de PDVSA, Diego Uzcategui Matheus, dont le fils aurait invité à monter dans l’avion l’homme d’affaires vénézuélien. "Il y a eu un abus de la bonne foi des fonctionnaires argentins de la part de fonctionnaires vénézuéliens", a dénoncé Alberto Fernandez, chef de cabinet de M. Kirchner. M. Kirchner a fait de son amitié avec M. Chavez un des axes de sa politique étrangère.

Claudio Uberti

A Buenos Aires, l’opposition a exigé une enquête sur l’origine et la destination des 800000 dollars. En juillet 2007, la ministre argentine de l’Economie, Felisa Miceli, a démissionné, soupçonnée de corruption après la découverte d’un sac contenant 49000 euros dans les toilettes de son bureau. La ministre de la Défense, Nilda Garré, fait l’objet d’une enquête judiciaire pour contrebande d’armes. Le scandale de corruption, baptisé "Skanska", du nom d’une entreprise suédoise qui a reconnu avoir versé 17 millions de pesos (près de 4 millions d’euros) de pots-de-vin pour la construction d’un gazoduc, a conduit au limogeage de plusieurs hauts fonctionnaires. Ces affaires pourraient compliquer la candidature à la présidence de Cristina Fernandez de Kirchner, l’épouse du chef de l’Etat. Tous les sondages la donnent jusqu’ici gagnante au premier tour face à une opposition divisée.

Christine LEGRAND

Nilda Garré

AUTEURS 

  • Christine LEGRAND

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source