retour article original

mercredi 26 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Thaïlande
AFP, 14 août 2007

Corruption : Mandats d’arrêt contre l’ancien Premier ministre thaïlandais et son épouse


Vue de Bangkok

BANGKOK (AFP) - La Cour suprême en Thaïlande a lancé, mardi 14 août 2007, des mandats d’arrêt contre l’ex-Premier ministre et homme d’affaires, Thaksin Shinawatra, renversé par l’armée en septembre 2006, et contre son épouse, Pojaman, en liaison avec une affaire de corruption. Un procureur, Nanthasak Poonsuk, a averti que si le couple ne se présentait pas à une prochaine audience fixée au 25 septembre 2007, une procédure de demande d’extradition serait lancée auprès de la Grande-Bretagne où M. Thaksin vient de racheter le club de football de Manchester City.

Thailand


Au pouvoir pendant cinq ans, M. Thaksin (58 ans) a vécu en exil, principalement, en Grande-Bretagne, depuis son renversement en septembre 2006 lors d’un coup d’Etat militaire. Son épouse Pojaman se trouve également à l’étranger. Le couple a acquis une maison en Grande-Bretagne. Une bonne douzaine d’enquêtes se poursuivent contre M. Thaksin et sa famille mais, dans l’affaire examinée par la Cour suprême, l’ex-Premier ministre et son épouse sont accusés de plusieurs violations des lois anti-corruption et risquent chacun jusqu’à treize ans de prison. Pojaman Shinawatra est accusée d’avoir acheté, en 2003 un terrain de cinq hectares, à Bangkok, pour l’équivalent de 23 millions de dollars à un Fonds d’investissement dépendant de la Banque centrale de Thaïlande, alors que la propriété avait été estimée à trois fois ce prix précédemment, selon le bureau du procureur général qui a accusé M. Thaksin d’avoir influencé la transaction. M. Thaksin et son épouse ont rejeté ces accusations et ont dénoncé une vendetta politique.

Thaksin Shinawatra

La Cour suprême "a approuvé des mandats d’arrêt contre les deux suspects" qui ne se sont pas présentés devant elle, mardi 14 août 2007, en dépit d’une convocation, a déclaré Tonglor Chomngarm, qui dirigeait le panel de neuf juges à l’audience de Bangkok. Le juge Tonglor a rejeté l’argument avancé par l’avocat du couple qui s’est inquiété de la sécurité de M. Thaksin et de son épouse en cas de retour en Thaïlande. De son côté, l’un des avocats de M. Thaksin, Pichit Chenban, a déclaré que mandats d’arrêt ne signifiaient en aucun cas culpabilité. "Je peux vous garantir qu’ils sont désireux de venir se défendre devant la cour à un moment approprié", a-t-il dit.

Pojaman Shinawatra

L’annonce de ces mandats d’arrêt et d’un risque d’extradition est intervenue moins d’une semaine avant un référendum prévu, dimanche 19 août, en Thaïlande, sur une nouvelle Constitution élaborée sous la supervision de la junte militaire qui a promis des élections législatives avant la fin 2007.

Agence France Presse

Vue de Bangkok

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source