retour article original

vendredi 23 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Suisse L’affaire RUAG
© Le Matin Online, 6 avril 2004

Suisse. Affaire RUAG : La hiérarchie serait impliquée

par Nicolas RUETSCHE


Publicité de RUAG

Le licenciement d’un vendeur de RUAG, fabrique d’armement de la Confédération créée il y a 150 ans, est passé (presque) inaperçu. L’employé a été dénoncé pour avoir transmis des documents confidentiels.

Hier, un dossier explosif, qui a trouvé anonymement le chemin de la rédaction du Thuner Tagblatt, a éclairé de manière crue certaines pratiques du groupe RUAG.


Ce dossier contient la liste des ventes de RUAG Components (Thoune), chargée de liquider les surplus de l’armée. Du ceinturon au Pinzgauer, de la boussole au sac de couchage. Des ventes à la criée qui permettent à l’armée de récupérer un maximum de la valeur des objets dont elle n’a plus besoin.

Publicité de RUAG

De drôles de combines

Voilà pour la théorie. Mais, dans la pratique, de drôles de combines se jouaient en coulisses.

Plutôt que d’être vendus aux enchères, des milliers de véhicules militaires gris-vert ont été bradés au profit de plusieurs grossistes suisses et étrangers, notamment autrichiens et néerlandais.

Selon le journal oberlandais, des motos de type Condor ont été liquidées à 600 francs suisses, alors que leur valeur sur le marché dépasse 1500 francs suisses.

Quarante Pinzgauer 4è4 ont été acquis pour 2800 francs suisses (prix du marché : entre 6000 et 9000 francs suisses).

Et la liste est longue.

Pinzgauer

Pratiques malhonnêtes

Un « petit » vendeur de RUAG a été licencié. Son salaire n’était que de 4000 francs suisses. Ce n’est pas lui qui aurait conclu ces affaires à la barbe et aux dépens de l’armée.

L’an passé, une enquête interne avait été ouverte. Visait-elle ce vendeur qui en savait trop ?

Le journal bernois met en cause des gens placés plus haut dans la hiérarchie de RUAG. Il n’exclut pas que des fonctionnaires peu scrupuleux aient touché des pots-de-vin pour leurs magouilles. Leur dénonciation devait surtout servir à fermer le caquet du petit fonctionnaire.

Mais ils ne savaient pas que les preuves de ces éventuelles pratiques malhonnêtes avaient déjà été transmises à un quotidien.

Nicolas RUETSCHE

Publicité de RUAG

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Nicolas RUETSCHE

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source