retour article original

mercredi 26 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Algérie
Le Figaro, 21 septembre 2007

Algérie : Nouvel attentat

par Julie CONNAN et Vincent FERTEY


Le lieu d’un attentat, à Batna, le 6 septembre 2007

Alors qu’Al-Qaida multiplie les menaces à l’encontre des Français présents au Maghreb, un attentat à la bombe a été perpétré, vendredi 21 septembre 2007, sur la route menant de Lakhdaria à la commune de Maala, à 100 km à l’est d’Alger, selon le ministère algérien de l’Intérieur et des Collectivités locales. Deux Français, un Italien et six Algériens, dont cinq gendarmes et leur chauffeur, ont été blessés lorsque leur « convoi a été heurté par une voiture piégée conduite par un kamikaze », indique une source diplomatique à Alger.

Algérie


Les trois étrangers, escortés en voiture par les gendarmes, sont employés par Razel, filiale du groupe de BTP allemand Bilfinger Berger, qui travaille actuellement sur un barrage, dans la région de Lakhdaria. « Nous confirmons malheureusement cet attentat », a indiqué une responsable de Razel, interrogée par lefigaro.fr. « Les personnes sont choquées. Les deux Français, l’Italien et le chauffeur algérien ont été transportés à l’hôpital d’Alger. Mais, selon nos informations, ils ne souffriraient pas de blessures graves », ajoute-t-on. Si les mesures de sécurité seront réexaminées, cette attaque ne remet toutefois pas en cause la présence de cette société dans le pays, selon cette porte-parole. Les ambassades de France et d’Italie n’ont pu être jointes pour confirmer l’information, vendredi étant jour de congé hebdomadaire en Algérie.

Le lieu d’un attentat, à Batna, le 6 septembre 2007

C’est le quatrième attentat en moins d’un mois sur le sol algérien. Il intervient au lendemain de l’appel du numéro deux d’Al-Qaida, Ayman Al-Zawahiri, à soutenir la branche nord-africaine du réseau terroriste d’Oussama Ben Laden, et à « débarrasser » le Maghreb des Français et des Espagnols installés dans les anciennes colonies d’Afrique du Nord, dans une vidéo mise en ligne jeudi 20 septembre 2007.

Le lieu d’un attentat, à Batna, le 6 septembre 2007

Selon des services de renseignement français à Paris, deux Français, qui travaillaient à Alger pour Aéroports de Paris (ADP), ont été rapatriés en urgence, mardi 18 septembre 2007, à Paris, à la suite de menaces d’enlèvement d’un « groupe terroriste de la mouvance d’Al-Qaida ».

Julie CONNAN

Le lieu d’un attentat, à Batna, le 6 septembre 2007

Un Français en Algérie, qui a souhaité garder l’anonymat pour sa sécurité, livre au figaro.fr son sentiment après les menaces d’al-Qaida contre les Européens du Maghreb.

Question :

- "Dans une vidéo diffusée sur Internet, le numéro 2 d’Al-Qaida, Ayman Al-Zawahiri, appelle les jihadistes à « débarrasser le Maghreb des fils de Français et d’Espagnols ». Comment avez-vous réagi ?"

- "Ces avertissements sont à prendre très au sérieux. Ce ne sont pas des rigolos. Plusieurs attentats ont été commis, ces derniers temps, ce qui rend le climat assez difficile. Nous sommes sur un niveau d’alerte orange, c’est-à-dire que l’on sait que la menace existe, mais pour autant nous ne sommes pas assignés à résidence. La nouveauté, également, c’est qu’avant on était cantonné à une menace sur l’Algérie. Maintenant elle concerne tous les pays du Maghreb."

Le lieu d’un attentat, à Dellys, le 8 septembre 2007

-"Avez-vous peur ?"

- "Non. Je prends la menace en considération. J’en tiens compte, mais je reste serein."

-"Jusqu’ici la menace concernait principalement les Américains. Comment expliquer qu’Al-Qaida cible désormais les Français et les Espagnols au Maghreb ?"

- "Je ne sais pas s’il y a une raison profonde. Ce que l’on peut dire, c’est que les Français et les Espagnols sont très présents dans la région. Surtout au Maroc et en Tunisie. Un peu moins en Algérie. Et il est vrai que certains touristes s’adonnent à un tourisme peu recommandable, comme le tourisme sexuel. Il y a aussi des comportements ostentatoires qui gênent la population locale. Et les gens avec qui j’ai parlé, au Maroc surtout, m’ont fait part d’un certain agacement à ce sujet. Pour les religieux intégristes, certaines pratiques exercées par les Européens sont perçues comme une vraie « provocation » sur le territoire musulman. Je pense que les islamistes jouent sur ce raz-le-bol ressenti dans certaines catégories de la population. Al-Qaida instrumentalise cette dimension."

Le lieu d’un attentat, à Dellys, le 8 septembre 2007

-"Peut-il y avoir un lien entre cette menace et les relations coloniales passées de la France avec les pays du Maghreb ?"

- "Absolument pas. Vous savez, les gens, ici, ont tourné la page de la colonisation. C’est encore plus vrai au Maroc et en Tunisie où il n’y a pas eu de guerre comme en Algérie. Il n’y a aucun lien entre la menace actuelle et le passé colonial, c’est certain. Ce qui préoccupe les habitants, aujourd’hui, c’est de savoir comment ils vont réussir à se nourrir, à trouver du travail, à vivre."

-"Comment comprendre l’expression « fils de » employée par le n°2 d’Al-Qaida dans la vidéo ?"

- "Je me suis posé la question. Mais je n’ai pas vraiment d’explication. Le plus probable est qu’il s’agisse d’une transcription littérale. C’est ainsi qu’en arabe on nomme les gens, toujours par la filiation « fils de » ou « fille de ». Mais cela ne qualifie pas ceux ou celles qui sont restés après la colonisation. Cela ne fait aucun doute."

Propos recueillis par Vincent FERTEY

Le lieu d’un attentat, à Dellys, le 8 septembre 2007

AUTEURS 

  • Julie CONNAN et Vincent FERTEY

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source