retour article original

lundi 24 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (3ème partie) : Du 1er avril 2004 au 15 avril 2004
AFP, 7 avril 2004

Irak : La colère gronde contre les Américains


BAGDAD (AFP) - Au quartier général de Moqtada Sadr à Kazimiya, dans le nord-ouest de Bagdad, des dizaines de jeunes se pressent pour proclamer leur allégeance et se déclarent prêts à mourir pour défendre leur jeune chef radical chiite contre un coup de force des troupes américaines.


"L’Amérique est l’ennemie des peuples. L’Irak sera la tombe des Américains", affirme un des partisans, Salah Noama al-Aanazi qui prend à témoin des journalistes. "Pour nous, musulmans, sunnites ou chiites, le martyre est notre voie", dit-il.

Des dizaines de jeunes, mais aussi des habitants du quartier étaient rassemblés, mercredi 7 avril 2004 au matin, dans la cour de la Husseiniya Sadr, où un des représentants du chef chiite, cheikh Hazem al-Aaraji, a pris ses quartiers.

"Toute la population de Kazimiya est avec nous. Nous sommes passés du stade de la légitime défense à celui de la désobéissance civile. Toutes les administrations et les écoles sont fermées. Seuls les commerces fonctionnent encore", dit cheikh al-Aaraji dans une salle annexe de cette mosquée chiite.

"Moqtada est un homme de bien et non un hors-la-loi. Pour les Américains, tous ceux qui sont contre eux deviennent des terroristes. La négociation ne sert à rien. Ce qui a été pris par la force doit être rendu par la force", affirme un jeune étudiant de 22 ans, Taleb Mohammad.

"Ce sont les Américains qui nous ont agressé. Nous sommes dans notre bon droit", affirme son compagnon Oussama Khaïri.

Assis au fond de la salle et entouré de mollahs aux turbans noirs ainsi que de dignitaires du quartier, le responsable du bureau de Sadr accueille le flot de visiteurs en les assurant de sa détermination à ne pas céder. "Nous n’accepterons jamais l’humiliation", dit-il avec fermeté.

Des jeunes miliciens en armes fouillent minutieusement les visiteurs.

L’avenue longeant la mosquée et menant au mausolée de l’imam Kazem, vénéré par les chiites, est interdite à la circulation et barrée par des blocs de béton.

Un marchand ambulant se veut catégorique : les forces américaines ont tiré la nuit dernière quelques rafales en direction de la mosquée. "Une provocation de plus", dit ce marchand.

Cheikh Aaraji ne confirme pas ces tirs. Il déclare cependant que la veille, des portraits de chefs religieux ont été déchirés par des soldats américains dans une de leurs permanences, une accusation difficilement vérifiable. Il n’a pas fait état d’arrestations. D’un ton calme, il affirme que "l’armée américaine s’est embourbée et qu’elle cherche à s’en sortir" et fait état d’efforts pour éviter une escalade de la violence. "Une rencontre a même eu lieu mardi soir à Sadr City entre des représentants du bureau Sadr et un officier américain", dit-il. "Nous demandons que l’armée américaine se retire des zones résidentielles, et qu’elle confie la sécurité à la police irakienne. C’est à cette condition seulement que l’ordre sera maintenu", souligne-t-il.

Selon cheikh Aaraji, les chiites "n’ont jamais été aussi unis". "L’union entre le grand ayatollah Ali Sistani et Moqtada Sadr sonne le glas des Etats-Unis en Irak", clame-t-il. Cette déclaration tranche cependant avec les appels au calme et au maintien de l’ordre exprimés de façon répétée par l’ayatollah Sistani, principale figure emblématique des chiites irakiens.

Le chef rebelle Moqtada Sadr, installé à Najaf, un des hauts-lieux saints du chiisme et siège de l’autorité religieuse chiite en Irak, a proclamé qu’il se "mettait à la disposition" du grand ayatollah.

L’entrée du mausolée de Kazem est surmontée d’une grande banderole sur laquelle on peut lire "Violer des sanctuaires et verser le sang des innocents sont un grand crime".

Pour un cheikh tribal, Badr Mohammad Hassan, "l’action des jeunes est légitime". "Le bien le plus précieux pour un Irakien, c’est sa patrie et les Américains l’ont souillée".

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source