retour article original

lundi 27 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Niger (1ère partie : du 13 août 2004 au 8 avril 2008)
AFP, 30 septembre 2007

Niger : L’avocat de Moussa Kaka dénonce "un dossier vide"


NIAMEY (AFP) - L’avocat de Moussa Kaka, le correspondant de Radio France Internationale (RFI) au Niger, inculpé de "complicité d’atteinte" à "l’autorité de l’Etat" et écroué mardi 25 septembre, a affirmé, samedi 29 septembre 2007, que le dossier de son client était "totalement vide" et demandé sa libération.


La semaine dernière, le procureur général près la Cour d’appel de Niamey, Adama Harouna, avait évoqué des liens présumés entre Moussa Kaka et le Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ, rébellion touareg), très actif au Nord. Selon lui, le journaliste avait eu, entre août et septembre 2007, des conversations au téléphone avec des chefs du Mouvement des Nigériens pour la justice sur leurs activités et leurs relations avec les rebelles touareg du Mali voisin.

"J’ai accès au dossier, il ne contient aucun des éléments qui soutiennent l’accusation contre Moussa Kaka, notamment les supposées conversations (avec les rebelles touareg)", a expliqué Me Moussa Coulibaly, lors d’un point de presse. "Aucune transcription de ces supposées bandes sonores, à plus forte raison les bandes elles-mêmes, ne figurent dans le dossier", a affirmé Me Coulibaly. "Il n’y a aucun élément matériel des charges qui pèsent sur Moussa Kaka. Le dossier est totalement vide pour des accusations aussi graves et passibles de la prison à vie", a-t-il insisté. L’avocat a dit avoir introduit, vendredi 28 septembre 2007, une requête auprès du juge chargé du dossier, afin "qu’il prononce un non-lieu et la libération immédiate de Moussa Kaka".

Me Coulibaly a également demandé la libération d’Aboubacar Karda, opérateur économique et consul du Niger au Togo, lui aussi inculpé de "complicité d’atteinte" à "l’autorité de l’Etat". Gérant d’un restaurant chinois à Niamey, Aboubacar Karda a fait des études en Chine et est marié à une Chinoise. Inculpé et incarcéré en début de semaine, à Niamey, M. Karda est poursuivi pour "avoir facilité, à la demande de Pékin, la libération, en juin 2007, d’un otage chinois, membre d’une société de prospection d’uranium, capturé par le Mouvement des Nigériens pour la justice. Le dossier est également "vide et ne contient aucun élément des supposées conversations téléphoniques" entre M. Karda et le Mouvement des Nigériens pour la justice, a affirmé l’avocat.

Agence France Presse

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source