retour article original

samedi 27 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (3ème partie) : Du 1er avril 2004 au 15 avril 2004
AFP, 7 avril 2004

Irak : La résistance s’accentue


BAGDAD (AFP) - La révolte sanglante des partisans du chef chiite radical Moqtada Sadr contre la coalition et les violences ailleurs en Irak se poursuivaient, mercredi 7 avril, faisant, depuis dimanche 4 avril, environ 200 morts, 48 heures avant le premier anniversaire, vendredi 9 avril 2004, de la chute de Saddam Hussein.


La révolte a fait tache d’huile dans certaines régions de la minorité sunnite. Des combats très violents se déroulaient ainsi, mercredi 7 avril, à Falloujah, entre la guérilla sunnite et les forces américaines parvenues au centre-ville, après la mort au combat de 12 Marines, mardi 6 avril 2004, à Ramadi.

Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Marwan Moasher, craint une guerre civile à la suite des affrontements entre partisans de Moqtada Sadr et forces de la coalition. "Nous aurons des consultations avec les pays arabes sur cette question qui sera d’ailleurs parmi les sujets qu’évoquera le roi (Abdallah 2) à Washington dans deux semaines", a-t-il dit.

La Ligue arabe a demandé, mercredi 7 avril 2004, à l’ONU, d’intervenir "immédiatement" pour arrêter les combats en Irak.

Si le calme était revenu, mercredi 7 avril 2004, à Ramadi, selon les Américains, les combats étaient toujours très rudes à Falloujah.

Un avion américain a bombardé une mosquée de la ville rebelle sunnite où s’étaient retranchés jusqu’à 40 combattants de la guérilla qui sont morts, selon les Américains, et un Marine a été tué par des tirs de rebelles près de la mosquée bombardée.

Depuis mardi 6 avril 2004 au soir, 46 Irakiens au total ont été tués et des dizaines d’autres blessés à Falloujah, au cours d’affrontements entre troupes américaines et rebelles anticoalition, a-t-on appris de source hospitalière.

D’après des habitants, la coalition a dû évacuer, mardi 6 avril 2004, une de ses positions dans cette zone.

Le comité des oulémas sunnites a annoncé la suspension de tout contact avec l’ONU tant qu’elle n’aura pas condamné le siège et les opérations contre Falloujah.

Huit Irakiens ont été tués, mercredi 7 avril 2004, et plusieurs autres blessés, dans la région de Kirkouk, lors d’affrontements entre des soldats américains et des manifestants qui protestaient contre l’intervention à Falloujah, selon la police et des médecins.

Par ailleurs, deux soldats américains ont été tués et un autre blessé dans deux attaques séparées à Bagdad et au nord de la capitale.

La violence des combats en Irak illustre l’ampleur du bourbier dans lequel se trouvent les Etats-Unis, estiment des analystes arabes. "Les Américains sont dans l’impasse depuis le début, mais cette impasse s’est aggravée en raison de l’accumulation de leurs erreurs", fait valoir Wahid Abdel Meguid. Selon cet analyste égyptien, les Américains vont "asséner des coups de massue" aux forces anticoalition avant le transfert du pouvoir aux Irakiens, le 30 juin 2004.

Conséquence des affrontements avec les miliciens chiite de Moqtada Sadr, les troupes ukrainiennes ont évacué, mercredi 7 avril 2004, la ville de Kout, où un soldat ukrainien avait été tué la veille.

Un proche de Sadr, Qaïs al-Khazaali, a affirmé que les troupes de la coalition avaient été obligées de se retirer après que des soldats eurent été pris en otage par des tribus.

Il a également indiqué que de nouvelles médiations avaient eu lieu de la part de formations islamiques auprès de Moqtada Sadr, afin de ramener le calme dans les villes chiites, mais qu’elles n’avaient rien donné.

La coalition dirigée par les Etats-Unis a juré, mercredi 7 avril 2004, de "détruire" la milice chiite de Moqtada Sadr, qu’elle affronte depuis trois jours. "Nous allons attaquer l’Armée du Mehdi pour la détruire", a annoncé le général américain Mark Kimmitt, chef adjoint des opérations.

A Sadr City, banlieue déshéritée du nord-est de Bagdad, où ont eu lieu les heurts les plus sanglants depuis dimanche 4 avril, entre miliciens chiites et troupes américaines, quatre Irakiens ont été tués et sept blessés dans un raid aérien américain dans la nuit de mardi 6 avril à mercredi 7 avril 2004. Trois autres ont succombé à leurs blessures, infligées la veille lors de combats.

Dans la nuit de mardi 6 avril à mercredi 7 avril 2004, à Kerbala, un proche de Moqtada Sadr, deux de ses miliciens et cinq Iraniens ont également été tués dans des combats entre miliciens et forces de la coalition.

A Nassiriyah, le calme était revenu, mercredi 7 avril 2004, à la suite d’un compromis entre l’armée italienne et la milice chiite, après des affrontements meurtriers qui ont encore fait 15 tués parmi les Irakiens mardi.

C’est l’arrestation, samedi 3 avril 2004, du chef du bureau de Moqtada Sadr à Najaf, Moustafa Yaacoubi, impliqué selon la coalition dans le meurtre d’un chef chiite libéral, qui avait mis le feu aux poudres.

L’objectif des Américains est d’arrêter Sadr, visé par un mandat d’arrêt.

A Najaf, Moqtada Sadr a demandé que le pouvoir en Irak soit transféré "aux gens honnêtes" et non à "ceux qui collaborent avec les forces d’occupation".

Le chef de la diplomatie italienne, Franco Frattini, a réaffirmé que Rome conservait ses forces en Irak mais a souhaité un engagement majeur de l’OTAN et de l’ONU.

Le Premier ministre britannique Tony Blair doit se rendre aux Etats-Unis les 15 et 16 avril 2004 pour rencontrer le président George W. Bush et le secrétaire général de l’ONU Kofi Annan.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source