retour article original

mardi 25 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Côte d’Ivoire
AP, 13 octobre 2007

Corruption : Le président ivoirien réclame une enquête dans la filière café-cacao


Séchage des fèves de cacao

ABIDJAN - Le président ivoirien, Laurent Gbagbo, a réclamé une enquête sur des détournements de fonds présumés dans la filière café et cacao, a annoncé son porte-parole, Gervais Coulibaly.

Côte d’Ivoire


Les ressources du café et du cacao, secteur stratégique de l’économie ivoirienne, font l’objet d’une gestion opaque. Début juin 2007, un rapport de l’ONG Global Witness, intitulé "Chocolat chaud" indiquait comment le cacao a alimenté le conflit qui a coupé le pays en deux depuis septembre 2002. La Banque mondiale a demandé, vendredi 28 septembre, au gouvernement ivoirien, la mise en place de réformes dans la filière, afin de permettre "l’augmentation des revenus des paysans", selon Zeljko Bogetic, le chef de la mission de la Banque Mondiale à Abidjan. La Bourse du café et du cacao, a annoncé, début octobre 2007, une baisse des exportations à 950000 tonnes pour la campagne 2007/2008 contre 1,16 millions de tonnes en 2006/2007. La filière café et cacao représente 40 % des recettes d’exportations du pays et 20 % de son PIB, selon le Fonds monétaire international (FMI).

Des fèves de cacao

L’enquête demandée par Laurent Gbagbo vise à faire la lumière sur le rachat des différentes sociétés par les structures de gestion de la filière café et cacao depuis sa libéralisation, et sur la circulation des ressources financières de chacune d’elles. "Nous vous instruisons formellement par la présente, à l’effet de diligenter une enquête", a déclaré Gervais Coulibaly, vendredi 12 octobre 2007, à la télévision nationale, lisant une correspondance adressée par le président au procureur de la République. "Il a été fait mention de détournements importants de fonds à l’occasion de diverses opérations, dont notamment ; le rachat de l’usine de Fulton, sise aux Etats-Unis ($200 millions) ; l’acquisition de différentes sociétés par les structures de la filière café et cacao à l’intérieur de la Côte d’Ivoire", ajoute le président dans sa lettre, citée par le porte-parole. "En cas d’infractions avérées, nous vous demandons de prendre les dispositions nécessaires en vue d’initier toutes poursuites utiles, conformément à la loi", réclame le président ivoirien.

Laurent Gbagbo

Cette demande intervient après plusieurs semaines de manifestations de quelques centaines de planteurs de cacao, longuement relayées par la presse nationale, réclamant le départ des dirigeants des structures de gestion des ressources générées par la filière. "Ils ne rendent pas compte de leurs gestion. Ils sont riches, se soignent et scolarisent leurs enfants en Europe. Pendant ce temps, les producteurs s’appauvrissent et ne peuvent pas scolariser leurs enfants", déplorait le chef de file des producteurs mécontents, Bile Bile.

Associated Press

Des sacs de fèves prêts à l’exportation

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source