retour article original

mercredi 24 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en France L’affaire EADS
AP, 15 octobre 2007

Corruption : Dominique de Villepin refuse le rôle du bouc émissaire dans l’affaire EADS


Le siège du ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, à Paris

PARIS - Dominique de Villepin a refusé, dimanche 14 octobre 2007, d’endosser le costume du "bouc émissaire" dans le dossier EADS et s’est dit "prêt à rendre compte" de son action, après les déclarations d’Arnaud Lagardère assurant que son groupe avait informé Matignon "dès janvier 2006" de son intention de vendre une part de sa participation au capital d’EADS.

France


Dominique de Villepin est revenu longuement sur les déclarations d’Arnaud Lagardère. Dans le "JDD", ce dernier explique que son groupe a informé "dès janvier 2006" les services de l’ancien Premier ministre Dominique de Villepin de son intention de vendre une partie de sa participation au capital d’EADS. Il assure notamment que son groupe a adressé à Matignon "un descriptif de l’opération".

Arnaud Lagardère

L’ancien Premier ministre s’est dit "prêt" à "rendre compte" de l’action de Matignon dans ce dossier "à tous ceux qui auront la vocation à faire la lumière sur cette affaire", citant la justice et les commissions parlementaires. "Nous n’avons rien à cacher" et, "comme Premier ministre, j’assume tout ce qui a été fait à Matignon". "Sur un certain nombre de dossiers, de la manière la plus évidente, on recherche des boucs émissaires", a-t-il analysé au Grand Jury RTL-"Le Figaro"-LCI. "Il y a la tentation, aujourd’hui, de vouloir diviser les services de l’Etat", a-t-il jugé, fustigeant un "renvoi de mistigri". "L’art de la défausse est devenu un véritable sport national." "Qu’Arnaud Lagardère précise, qu’il donne des éléments sur les différents points, qui dise clairement les dates, les rendez-vous" et "ainsi la vérité sera faite", a sommé Dominique de Villepin. "C’est vrai que les services d’Arnaud Lagardère sont venus voir Bercy, puis Matignon (...) pour leur dire : "voilà, nous envisageons, nous avons l’intention de céder ces titres", a-t-il dit. "M. Lagardère est d’ailleurs venu à Matignon lui-même, pour rencontrer mon directeur de cabinet sur cette opération de cession", a-t-il poursuivi, datant cette rencontre du "début de l’année, en février, je crois, 2006". "Le point qui inquiétait et qui interpellait le groupe Lagardère, c’était de savoir si l’Etat lui-même était prêt à vendre, et c’est sur ce point que nous avons nous été interrogés", a-t-il développé. "Je suis moi allé le saluer, je lui ai indiqué de la façon la plus claire que l’Etat n’entendait pas modifier sa stratégie au sein d’EADS". Pour ce qui concerne la cession des titres de Lagardère dans EADS, "nous ne nous sommes, nous Matignon, jamais intéressés à l’instruction technique de ce dossier, tout simplement parce que ce n’est pas notre responsabilité", a certifié l’ancien hôte de Matignon.

Dominique de Villepin

De même, concernant les conditions d’achat de ces titres par la Caisse des dépôts et consignations, "je redis ce que j’ai dit, nous n’avons jamais été informés" par la CDC, a martelé Dominique de Villepin. "C’est vrai qu’il y a une note mémorandum" du groupe Lagardère "à Bercy au début de l’année 2006, comme aux services de Matignon", a-t-il consenti. "Alors on peut évidemment considérer, à partir de cette note, que Matignon était informé de l’opération de la Caisse des dépôts. Je trouve ça abusif".

Vue de l’Hôtel Matignon, à Paris

Enfin, concernant l’A380, "à aucun moment nous n’avons été informés de ces difficultés industrielles", a garanti Dominique de Villepin.

Associated Press

Vue du cockpit d’un Airbus A-380

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source