retour article original

mardi 21 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (3ème partie) : Du 1er avril 2004 au 15 avril 2004
© SDA-ATS News Service, 8 avril 2004

Irak : Des milliers de chiites et de sunnites marchent vers Falloujah

Suivi d’un commentaire


BAGDAD - En Irak, des milliers de chiites et de sunnites marchent de Bagdad à Falloujah. Ils sont suivis de voitures remplies de nourriture et de médicaments. Ils entendent délivrer la population de cette ville assiégée par les Américains depuis lundi 5 avril 2004.


Les manifestants se sont rassemblés à la mosquée Oum al-Qora dans l’ouest de Bagdad où la population est venue faire des dons de nourriture, de boissons et de médicaments. "Pas de sunnites, pas de chiites, oui à l’unité islamique. Nous sommes frères sunnites et chiites et nous ne vendrons jamais notre pays", criaient-ils.

La population de Falloujah vit en état de siège depuis le début d’une opération d’envergure des Marines américains lancée contre les combattats sunnites. Les combats acharnés ont fait des dizaines de morts irakiens. Cette ville rebelle est située à 50 km à l’ouest de Bagdad.

L’armée américaine a lancé son opération à Falloujah à la recherche des responsables de l’attaque qui a coûté la vie il y a une semaine à quatre employés américains de sécurité. Les corps de deux d’entre eux ont été mutilés par une foule en colère et exhibés dans la ville.

Des discussions sont en cours avec le jeune chef radical chiite Moqtada Sadr pour qu’il se rende à la justice, a affirmé un membre sunnite du Conseil de gouvernement.

Un juge irakien a lancé un mandat d’arrêt contre Moqtada Sadr accusé "d’incitation au meurtre" dans l’affaire de l’assassinat en avril 2003 du dignitaire chiite Abdel Majid al-Khoï et deux de ses compagnons à Najaf.

Par ailleurs, un convoi américain a été attaqué sur l’autoroute près de la ville d’Abou Gharib, à 20 km à l’ouest de Bagdad. Des membres de la guérilla armés de Kalachnikov dansaient autour de deux véhicules en feu.

© SDA-ATS News Service

Commentaire

L’attitude de molesse complaisante des membres du Conseil de gouvernement transitoire irakien -par rapports aux crimes de guerre perpétrés par les Américains à Fallujah, et par rapport à la répression sanglante des manifestants depuis des semaines, dans tout l’Irak- les discrédite complètement. De toute évidence, entre le peuple et le pouvoir, ils ont choisi le pouvoir.

Ils étaient manifestement prêts à avaler n’importe quelle couleuvre plutôt que de renoncer à l’illusion d’un pouvoir de marionnettes.

Peut-être même ne voyaient-ils, dans leurs compatriotes massacrés par les troupes d’occupation, que "tant d’électeurs de moins pour le parti chiite, tant d’électeurs de moins pour le parti sunnite", etc...

Le ministre des Affaires étrangères du Conseil de gouvernement transitoire irakien, durant son séjour à Londres, n’a pas hésité à recommander l’envoi de troupes étrangères supplémentaires en Irak...

Peut-être les membres du Conseil de gouvernement transitoire irakien manifestent-ils, à l’égard de leurs compatriotes, ce même mépris qu’affichent les Américains en les traitant de "terroristes" et de "bandits".

Car on ne voit pas comment la coalition aurait pu se lancer à l’attaque d’une ville comme Fallujah, à coups de canons, de mitrailleuses, de missiles et de bombes, si le gouvernement américain s’était trouvé confronté à un Conseil de gouvernement transitoire irakien déterminé à empêcher ses crimes, y compris en démissionnant collectivement et en appelant tous les Irakiens à la révolte.

Si les Irakiens ne veulent pas tomber sous le joug de traîtres manifestement inféodés au gouvernement des Etats-Unis, il est donc nécessaire qu’ils instaurent eux-mêmes un authentique gouvernement populaire et représentatif du peuple irakien dans son ensemble.

Quant aux actes du Conseil de gouvernement transitoire instauré par l’occupant, ils ne sauraient lier un peuple trahi par les membres de ce Conseil.

Désormais, du point de vue de la résistance irakienne, il s’agit de chasser les troupes d’occupation d’Irak puis, logiquement, de nationaliser toutes les propriétés des pays membres de la coalition, afin qu’ils ne retirent aucun profit de leurs exactions.

Les contrats liés à la reconstruction de l’Irak devraient être attribués à des entreprises irakiennes.

Les Irakiens devraient demander l’instauration d’une commission d’enquête internationale sur les crimes de guerre commis par les troupes américaines à Fallujah et ailleurs, ainsi que sur le sort des prisonniers.

L’instauration d’une commission d’enquête internationale n’empêche pas les Irakiens de procéder à leur propre enquête.

Frank BRUNNER

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source