retour article original

mercredi 28 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (3ème partie) : Du 1er avril 2004 au 15 avril 2004
AFP, 9 avril 2004

Irak : le pays sombre dans le chaos


BAGDAD (AFP) - Un an après la chute du régime de Saddam Hussein, le chaos s’installe en Irak avec des combats qui font rage, depuis dimanche 4 avril 2004, entre les rebelles, sunnites comme chiites, et les forces de la coalition, une suspension des opérations américaines à Falloujah n’ayant duré que 90 minutes.


L’administrateur américain en Irak, Paul Bremer, avait annoncé, vendredi 9 avril 2004 en mi-journée, la suspension de l’offensive à Falloujah, à l’ouest de Bagdad, ville rebelle sunnite où des combats féroces se déroulent depuis lundi 5 avril 2004.

Cette suspension des opérations militaires visait, selon lui, à "permettre la tenue d’une rencontre de membres du Conseil de gouvernement (transitoire irakien) et de dirigeants musulmans locaux avec les chefs des forces anticoalition".

Mais peu après, un officier supérieur américain sur le terrain à Falloujah a annoncé que la suspension des opérations militaires était terminée. "La suspension des opérations a duré 90 minutes, mais c’est fini maintenant", a déclaré le lieutenant-colonel Brennan Byrne.

Un témoin a constaté que la guérilla contrôlait, vendredi 9 avril 2004, l’autoroute entre les villes d’Abou Gharib et de Falloujah, soit une section d’une trentaine de kilomètres à l’ouest de Bagdad, où des centaines d’hommes armés de RPG et kalachnikovs circulent sur le bas-côté de la route.

La guérilla, qui s’attaquait jusqu’ici aux troupes de la coalition et aux forces de sécurité irakiennes, a d’autre part adopté la tactique des enlèvements pour augmenter la pression sur Washington et ses alliés.

Ainsi, durant les deux derniers jours, pas moins de 14 étrangers ont été enlevés. Huit d’entre eux, des pasteurs sud-coréens, ont été libérés, alors que les six autres sont toujours détenus en otages.

En moins d’une semaine d’affrontements, des centaines d’Irakiens et plus de 40 soldats de la coalition ont été tués.

Dans la seule ville de Falloujah, plus de 300 Irakiens ont perdu la vie, depuis lundi 5 avril, dans les combats entre troupes américaines et rebelles sunnites, selon la chaîne satellitaire Al-Jazira. Les soldats américains mènent, depuis lundi 5 avril 2004, une offensive d’envergure contre la ville pour capturer les responsables de la mort de quatre Américains travaillant dans la sécurité.

Plus de 120 autres Irakiens sont morts dans les combats entre troupes de la coalition et partisans de Moqtada Sadr, des affrontements qui avaient commencé dimanche 4 avril 2004, à la suite de l’arrestation d’un proche du jeune chef radical chiite.

La milice de Moqtada Sadr a pris le contrôle de la ville sainte de Najaf et de la localité voisine de Koufa.

En revanche, les forces de la coalition ont annoncé, vendredi 9 avril 2004, avoir repris la ville de Kout, plus au sud, qui avait été évacuée par les troupes ukrainiennes. "Les troupes américaines ont repris le contrôle de Kout à 02H00 ", a déclaré un porte-parole précisant que les forces ukrainiennes avaient pris part aux combats pour reprendre Kout. "Ces forces ont fait face à une résistance acharnée de la part de l’Armée du Mehdi (la milice de Moqtada Sadr) et les combats se sont poursuivis jusqu’à 05H00", a-t-il dit, sans faire état de victimes.

La milice de Moqtada Sadr, l’Armée du Mehdi, contrôle aussi les postes de police de la ville sainte de Kerbala, où des milliers de pèlerins chiites sont attendus pour célébrer le 40ème jour de l’anniversaire de la mort de l’imam Hussein.

Trois miliciens et une Iranienne ont été tués et 22 personnes blessées lors d’accrochages avec les forces de la coalition à Kerbala, dans la nuit de jeudi 8 avril à vendredi 9 avril 2004, selon le représentant du ministère de la Santé dans la ville.

Le Japon a annoncé de son côté qu’il ne retirerait pas ses troupes d’Irak, malgré l’enlèvement de trois de ses ressortissants et les appels au retrait lancés par les familles des otages.

Les ravisseurs, un groupe se présentant comme "les Brigades des Moujahidine", menacent de brûler les trois Japonais vifs d’ici dimanche 11 avril 2004, si le Japon ne quitte pas l’Irak.

Un Britannique, un Canadien, un Arabe israélien ont également été enlevés, mercredi 7 avril et jeudi 8 avril 2004.

La Corée du Sud a confirmé sa décision d’envoyer des milliers de soldats en Irak malgré la détérioration de la situation, mais elle a interdit, vendredi 9 avril 2004, à ses ressortissants de se rendre en Irak.

D’autres villes qui avaient connu des combats sanglants ont retrouvé un semblant de calme.

A Nassiriyah, la situation était calme après un compromis entre les troupes italiennes et l’Armée de Mehdi, au terme duquel la police a pris le contrôle de la ville chiite.

La police irakienne contrôlait aussi Bassorah, la deuxième ville d’Irak, les troupes britanniques étant cantonnées dans leur base, à l’issue d’un accord.

A Bagdad, où le quartier chiite de Sadr City a été le théâtre de heurts meurtriers, des milliers de sunnites et chiites se sont rués dans les mosquées pour remettre médicaments, nourriture et vêtements aux convois qui se sont dirigés vers Falloujah, assiégée par les forces américaines.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source