Que peut-on faire avec un RIB volé ?

RIB volé

Donner son RIB est devenu une pratique courante, pour mettre en place des prélèvements et recevoir des virements bancaires. Se pose toutefois la question de la sécurisation de ses données bancaires. Quels sont les risques encouru lorsque son RIB est volé ? Que peuvent en faire des personnes mal intentionnées ? Faisons le point.

Le RIB, un document sensible ?

Le RIB, ou Relevé d’Identité Bancaire, est un document qui recense des informations précieuses comme détaillées dans ce post. Y sont mentionnées les coordonnées bancaires relatives au compte, ainsi que le nom et l’adresse du titulaire, sans oublier l’établissement de domiciliation du compte en banque.

Le RIB est un document qui demande souvent à être présenté, qu’il s’agisse de recevoir des virements bancaires ou de mettre en place un prélèvement automatique, auquel cas il s’accompagne d’un mandat SEPA, attestant l’autorisation donnée au créancier par le titulaire du compte.

Le RIB peut être transmis dans sa version imprimée ou en version informatique. Dans un cas comme dans l’autre, le risque zéro n’existant pas, des questions se posent quant aux utilisations possibles d’un RIB suite à un vol.

RIB volé, les risques encourus vis à vis de son argent

Le RIB porte des informations confidentielles, plutôt sensibles. Des risques existent si celles-ci sont portées à la connaissance de personnes malveillantes, mais ils restent minimes.

Un RIB seul est peu utile

Le RIB servant à mettre en place des prélèvements bancaires, un vol des coordonnées bancaires peut faire craindre pour son argent.

Toutefois, un malfaiteur aura du mal à transférer l’argent vers son propre compte ou à faire des achats avec ce seul document.

En premier lieu, parce que toute transaction, même informatisée, laisse une trace.

Ensuite, parce que le RIB seul n’est pas suffisant. Pour faire un transfert d’argent externe, autrement dit du compte du titulaire vers le compte d’un tiers, ou pour mettre en place un prélèvement automatique suite à un achat, le RIB s’accompagne d’un mandat SEPA.

Celui-ci répond à des normes européennes et remplace les anciennes autorisations de prélèvement. Ce document doit être signé par le titulaire du compte, et le document, notamment la signature, est soumis à un contrôle strict, avec une comparaison à d’autres documents signés par le titulaire du compte.

Le vol d’un RIB n’est pas aussi sensible que le vol ou ou la perte d’une carte bancaire. Dans ce dernier cas de figure il est indispensable de faire rapidement opposition grâce au 118 400.

RIB et usurpation d’identité, attention danger

La situation devient dangereuse lorsque le voleur de RIB arrive à se faire passer pour le titulaire du compte. En usurpant l’identité, il peut facilement accéder à l’argent disponible sur le compte et se le transférer ou le dépenser.

L’usurpation d’identité est difficile en raison de contrôle poussé par les banques, notamment pour les plus gros transferts d’argent. Pour autant, ce risque reste bien réel. Par exemple, des personnes sont régulièrement victime de faux mails les invitant à faire d’elles-mêmes un virement à un destinataire tout autre que celui qui est prétendu.

L’usurpation d’identité constitue une infraction grave à la législation, et est passible de sanction.

Il est donc opportun de prendre un maximum de mesures pour se protéger en prenant garde de ne pas faciliter le vol d’un document tel qu’un RIB.

RIB volé : bien se protéger

Il existe des moyens de se protéger contre les risques de perdre son argent après un vol de RIB.

Faire attention aux mails de relance

De nombreuses arnaques passent par Internet. Les mails frauduleux sont fréquents, et souvent très bien élaborés. On parle de phishing. Le mail copie à s’y méprendre un vrai mail et un vrai site d’un vrai opérateur, demandant l’envoi d’une somme d’argent, souvent conséquente, au prétexte d’une relance d’impayé, d’une erreur de facturation ou tout autre prétexte. Pour qui n’y regarde pas attentivement, il est facile de se méprendre et de tomber dans le piège bien rôdé.

Dans ce cas, il est préférable de vérifier que le site est bien sécurisé, à l’aide de l’icône cadenas qui apparaît dans la barre de recherche. Ce type de mail contient souvent des fautes d’orthographes, des erreurs de syntaxe ou de grammaire, et parfois des incohérences. Ces éléments doivent mettre la puce à l’oreille.

Il ne faut pas hésiter à contacter son opérateur pour recouper les informations et vérifier la véracité du propos avant de faire le moindre virement ou de communiquer ses informations personnelles et bancaires.

La vérification à double facteur

De plus en plus d’opérateurs mettent en place un système d’identification à double facteur. Cela renforce grandement la sécurité des transactions. En effet, en plus des coordonnées bancaires, il est nécessaire de retranscrire un code secret envoyé en simultané sur le smartphone du titulaire. Le RIB et le mandat SEPA ne suffisent plus.

Si la banque propose ce service, il est intéressant d’y souscrire.

Consulter son compte régulièrement

Consulter fréquemment son compte permet de détecter une éventuelle anomalie rapidement : un prélèvement non effectué, un nouveau prélèvement, une somme inhabituelle…

Cela permet de pouvoir réagir rapidement et de faire opposition au prélèvement si besoin.

Porter plainte

Si malgré ces précautions, vous avez été victime d’un vol de RIB, il est vivement conseillé de porter plainte. Les malfrats s’exposent à de lourdes sanctions. La plainte peut être un moyen pour vous d’obtenir réparation.

Ainsi, communiquer son RIB, en suivant quelques précautions d’usage, présente bien plus d’avantages que de risques pour les titulaires d’un compte bancaire.